Bilan régional

Précisions méthodologiques

L’inventaire des productions d’énergie s’appuie sur les données collectées auprès des différents membres et partenaires du ROSE*.

L’électricité :

  • Filière solaire photovoltaïque
  • Filière éolienne
  • Filière hydraulique
  • Filière des bioénergies : issue des déchets ménagers (UIOM), du biogaz (méthanisation, STEP, ISDND) et de la biomasse (papeteries, industries, etc.).
  • Filière thermique non renouvelable : issue de combustibles fossiles (fioul, gaz, charbon) 

La chaleur :

  • Réseaux de chaleur (géothermie, chaufferies, chaleur de récupération)
  • Chaleur individuelle (bois individuel, pompes à chaleur, solaire thermique)

Le gaz : injection de biogaz sur les réseaux de distribution ou de transport de gaz

*La précision et l’exhaustivité des données varient selon les filières considérées compte-tenu de la diversité des sources de données.

Les consommations énergétiques d’électricité, de gaz naturel et de chaleur intègrent les données locales d’énergie mises à disposition dans le cadre de l'article 179 de la loi de transition énergétique pour une croissance verte et des données ou études spécifiques (départementales ou régionales) pour certains secteurs ou filières.

  • Les consommations sont présentées à climat normal, c’est-à-dire qu’elles sont corrigées des variations climatiques pour permettre des analyses d’évolution non biaisées par l’impact de la météorologie sur le chauffage notamment.
  • Contrairement aux bilans locaux, pour lesquels des données sont masquée pour assurer la protection des données à caractère personnel, ce bilan régional est complet.
  • Pour tous les secteurs, les consommations énergétiques présentées sont des consommations d’énergie finale, c’est-à-dire l’énergie consommée directement par les consommateurs.

Les émissions de GES présentées s’appuient sur la méthodologie développée dans le cadre des travaux du Pôle de coordination des inventaires territoriaux (PCIT), menés par les associations agrées de surveillance de la qualité de l’air (dont AIRPARIF), le CITEPA et l’INERIS et pilotés par le ministère en charge de l’environnement.

  • Les émissions de GES présentées comptabilisent les scopes 1 et 2, c’est-à-dire les émissions énergétiques directes et indirectes (liées à la consommation d’énergie). Les autres émissions indirectes (scope 3 ne sont pas comptabilisées).
  • (Les émissions incluent également les secteurs des déchets, la production d’énergie, les autres transports, les chantiers ainsi que les plateformes aéroportuaires.)